14/08/2009

Dans la démesure de tes yeux (acrylique 50/70 - 2009)

peinture 001a

Je l’avais plutôt mauvaise. Saignante. J’allais sous de médiocres étoiles. Clous rouillés par-dessus les toits et les arbres.  Petite quincaillerie du clodo. Le désir m’abandonnait de lever les yeux, comme un oiseau flingué, il cassait ses ailes.  Dans la gamelle de mon âme, je palpais la lie. J’errais, pauvre chien d’aoûtien jeté à bas du convoi, dans des nuits très longues, saoulées d’odeurs inconnues. Dans mon falzar élimé jusqu’à l’amble, j’entendais tinter des rebuts de thunes. A peine assez d’oseille pour quelques jours d’autonomie sous conditions d’ascèse. Picrate et clopes exclus. L’apocalypse en perspective. Le goût d’écrire, ma fortune, fondait à la cire de mes doigts. Je n’existais que dans la démesure de tes yeux.

Texte: Denys-Louis Colaux

Acrylique: Sandro Baguet

14:59 Écrit par SB dans Les acryliques | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.